Cicatrices, adhérences : comment les traiter ?

Cicatrices, adhérences : comment les traiter ?

Une adhérence désigne un accolement anormal d'origine cicatricielle de deux surfaces contigües normalement séparées. La cicatrice adhérente fait partie de ce que l’on appelle les cicatrices pathologiques. Lors de la cicatrisation, les fibroblastes élaborent une nouvelle matrice conjonctive anarchique et riche en fibronectine. En parallèle, une phase de détersion la plus complète possible est alors nécessaire, sans quoi la cicatrice gardera des points de jonction non physiologiques, provoquant une restriction de mobilité du tissu cicatriciel par rapport au tissu sous-jacent. Celui-ci peut être musculaire, osseux, graisseux ou fascial. Une fois installée, l’adhérence cicatricielle constitue un frein à la mobilité tissulaire mais aussi au mouvement passif et actif, entraînant alors un trouble postural

A ce titre, la cicatrice de césarienne est un très bon exemple. Les différentes sutures (utérine, péritonéale, cutanée) et la localisation (zone peu mobile) sont des facteurs favorisant les adhérences, induisant à terme des douleurs lombo-sacrées en raison de la perturbation de la posture. Il est donc nécessaire d’agir le plus tôt possible afin d’optimiser la phase de détersion et de diminuer les risques d’adhérences (en restant autour des berges de la cicatrice tant que la cicatrice n’est pas fermée).

Travail préventif de la cicatrice 

Grâce à son action cellulaire sur les fibroblastes, l’énergie Winback va permettre d’améliorer la qualité du collagène. Son action diathermique, quant à elle, offre une meilleure vascularisation, très utile lors de cette phase de détersion. Lors du traitement, il s’agira de combiner l’effet local du CET puis l’effet de diffusion du RET pour mobiliser les différents plans les uns par rapport aux autres, évitant ainsi leurs adhérences.

Traitement de l’adhérence cicatricielle 

Dans le cas de figure d’une cicatrice qui présente déjà des adhérences, la diathermie devra être plus forte afin de remanier ces néo-jonctions et de permettre aux fibroblastes de synthétiser du néo-collagène. Il s’agira de distinguer quels sont les plans sous-jacents adhérents et de choisir le mode le plus adapté. Pour une adhérence cicatricielle superficielle qui n’aura que des conséquences esthétiques, l’utilisation du mode MIX sera le plus efficace. 

Pour les adhérences plus profondes, qui auront un impact postural, en plus d’un travail local en mode CET avec une diathermie forte, il est également intéressant d’utiliser le mode RET, soit avec les bracelets soit avec le Fascia Skills ; ou bien avec un montage en 2.0 (RET) avec un fix-pad de retour ainsi qu’un fix-pad RET de part et d’autre de la cicatrice (attention LOWPULSE). Les tissus pourront alors être mobilisés via des manœuvres de massages-pétrissages ou à travers des mobilisations - soit passives soit actives - qui amélioreront les plans du glissement des tissus sous-jacents.

Enfin, l’utilisation de ventouses entraîne un étirement et un décollement du tissu cicatriciel par rapport aux plans sous-jacents. Ainsi, la combinaison ventouses et de la Tecar 2.0 optimisera cette action en concentrant l’énergie Winback. 

Vous souhaitez vous former à la tecarthérapie Winback ? N’hésitez pas à nous contacter !

Retour

Conseil et expertise

de professionnels

Livraison offerte

dès 200€ d'achats

SAV interne

à votre écoute du lundi au vendredi 9h à 18h00

Paiement sécurisé

avec systempay et le 3D Secure

MOYENS DE PAIEMENT

Visa, Mastercard et plus