La rééducation après une luxation de l’épaule

La rééducation après une luxation de l’épaule

Une luxation désigne une perte totale ou partielle des rapports anatomiques normaux entre les extrémités d’une articulation. La luxation (ou subluxation) est très douloureuse, si bien que l’articulation ne peut pas être bougée et qu’il y a gonflement. En cas de lésion nerveuse, le patient ressentira une douleur irradiante provoquant fourmillements, perte de sensation et engourdissements.

L’immobilisation, un passage obligatoire

Dans le cas d’une luxation de l’épaule, la première urgence à gérer sera de réduire la luxation. Pour cela, il faut manipuler le patient dans une position précise, en tirant sur le bras dans l'axe afin de remettre la tête dans l’axe de l'articulation. Cette réduction étant généralement très douloureuse, elle peut nécessiter une prise d’antalgiques, voire dans certains cas une anesthésie générale. Il est ensuite indispensable de réaliser des radios pour vérifier que la manipulation a bien permis de réduire la luxation de l’épaule.

Après cela, le patient est habituellement contraint à trois semaines d'immobilisation complète de l’articulation, avec le recours à une attelle coude au corps. Ce délai permet de mettre l’articulation au repos et de laisser le temps aux ligaments de cicatriser, tout en conservant une mobilité au niveau du coude, du poignet et de la main.

Rééducation & reprise du sport

Lorsqu’elle se produit pour la première fois, la luxation de l’épaule est souvent due à un accident causant un choc ou une chute sur la main, par exemple lors d’une activité sportive ou lors d’une chute à moto. Etant une articulation qui a tendance à être instable, la luxation d’épaule est une pathologie qui a un fort risque de récidive. La stabilisation sera l’un des axes de travail principal de la rééducation, à travers des exercices de gainage en appui ou de pompes, le plus souvent à l’aide d’un trampoline ou d’un ballon. Si la luxation est récidivante, une opération chirurgicale peut être nécessaire. Il est donc d’autant plus important de réaliser sa rééducation avec le plus grand sérieux.

Dans ce cadre, l’utilisation de la tecarthérapie Winback va favoriser l’élimination de la douleur, permettant ainsi au praticien de pouvoir travailler de manière plus confortable pour lui comme pour le patient. Cela va permettre une rééducation plus rapide, tandis que les patients percevront leurs séances avec plus de sérénité. Le but de la rééducation sera de renforcer la musculature située autour de l’épaule, afin de rendre celle-ci le plus stable possible.

Pour les sportifs, il sera conseillé dans un premier temps de s’entraîner sur un vélo semi-couché (avec dossier) afin d’entretenir leur cardio tout en étant stabilisé. La course à pied et vélo, avec les mouvements de balancier des épaules/bras, seront repris un peu plus tard. Enfin, une fois la rééducation terminée, il sera possible de reprendre toute activité sportive, y compris celles sollicitant beaucoup l’épaule, que ça soit par des mouvements (musculation, tennis) ou par des chocs (rugby). Un équipement de travail iso-inertiel tel que le Kynett est ainsi très adapté pour le travail excentrique. Enfin, il permet en reproduisant certains gestes, de procéder à une forme de rééducation cognitive qui permettra de lever le blocage psychologique et l’appréhension légitime à la suite de la blessure.

Retour

Conseil et expertise

de professionnels

Livraison offerte

dès 200€ d'achats

SAV interne

à votre écoute du lundi au vendredi 9h à 18h00

Paiement sécurisé

avec systempay et le 3D Secure

MOYENS DE PAIEMENT

Visa, Mastercard et plus